Triste spectacle à La Coursive
Partager

Communiqué de presse 28 Juin 2019

Triste spectacle à La Coursive

La scène nationale de La Coursive à La Rochelle est, depuis quelques semaines, le théâtre d’une représentation de piètre qualité :

Spectacle de certains abonnés déchaînant leur violence verbale sur un Directeur et des membres du conseil d’administration médusés par des paroles injurieuses qui n’ont laissé aucune place à l’échange ;

Spectacle d’une équipe déchirée à l’heure de la présentation d’une nouvelle saison pourtant prometteuse et ambitieuse ;

Spectacle d’une instrumentalisation politique, sur fond de campagne électorale, de cet épisode de crise alors même que la responsabilité de chacun engage à questionner la violence ambiante et à trouver des solutions !

Car qui peut, sans hypocrisie, affirmer qu’il-elle est surpris-e de cette crise ?

Une transmission qui n’a pas été préparée

Le couple Jackie Marchand et Florence Simonet a pendant 27 années, avec une grande efficacité, œuvré à la reconstruction et à la notoriété de cette scène nationale.

Franck Becker depuis deux ans, fort de son expérience réussie à Quimper, s’efforce de prolonger ce succès tout en réorientant, à la demande des tutelles, le projet de La Coursive vers de nouveaux publics, d’autres pratiques et  d’autres esthétiques.

 

Mais ce qui devait être l’évolution naturelle d’une structure culturelle, comme c’est le cas dans toutes les scènes nationales où les directeurs-trices se succèdent, ici, à La Rochelle, le passage de relai a pris l’allure d’une voie sans issue.

Sans issue autre que de tourner définitivement la page avec les conséquences humainement désastreuses que l’on déplore tous aujourd’hui.

Construire un nouveau projet

Chacun-e reconnaît le travail de l’ensemble de l’équipe pendant toutes ces années, tout en admettant qu’une scène nationale n’appartient à aucun-e de ses directeurs-trices.

C’est une « maison » qui abrite et développe un projet au service du public  que l’on veut le plus diversifié possible et au service des œuvres présentées.

L’alternance des projets travaillés avec générosité amène de  la richesse : la richesse du renouveau. Cette alternance serait-elle impossible à La Rochelle ?

Seul le dialogue voire une médiation avec les équipes salariées peut offrir une issue, les salariés -es doivent retrouver le respect, le plaisir à faire vivre le projet de la Coursive, retrouver du sens à leurs missions, sans se sentir ni inquiétés ni malmenés et encore moins instrumentalisés.

Le conseil d’administration devra accompagner ce virage essentiel souhaité par beaucoup de Rochelais-es .

 

Le groupe local d’Europe Ecologie Les Verts et ses élu-e-s appellent de leurs vœux que les projecteurs de La Coursive remettent la lumière sur les artistes.

Eric Joyaux, secrétaire du groupe local Aunis-La Rochelle