Brigitte Desveaux veut redonner de l’élan aux transports
Partager

Publié le 18/06/2014 journal Sud-Ouest par alain babaud

L’écologiste Brigitte Desveaux est la vice-présidente aux transports et mobilités de Jean-François Fountaine.

Brigitte Desveaux a adhéré aux Verts en 1995 et prend en charge un secteur clé de la vie locale.

© PHOTO ARCHIVES XAVIER LÉOTY

Brigitte Desveaux n’est pas seulement vice-présidente de la Communauté d’agglomération (CdA) de La Rochelle en charge des transports et mobilités. La conseillère municipale verte de La Rochelle, âgée de 59 ans, est la deuxième vice-présidente de l’intercommunalité locale. Un rang qui fait sens.

« C’est Jean-François Fountaine qui l’a voulu. La liste d’Europe Écologie-Les Verts ne l’avait pas négocié avec lui, entre les deux tours des municipales. J’y vois un geste fort de reconnaissance de la place que doit avoir l’écologie dans les dossiers locaux et de soutien. » À l’heure d’engager la discussion avec les élus des 28 communes sur le nouveau schéma des transports en commun, ça peut aider. Même si la militante écologiste, encartée depuis 1995, a l’habitude des élus, pour être directrice des services du Pays d’Aunis et l’habitude des négociations, pour avoir été déléguée syndicale CFDT durant quinze ans, par le passé.

Pistes cyclables à revoir

L’amélioration du réseau des bus, c’est l’un des grands chantiers du mandat qui démarre. Peut-être le plus important en matière de transports.

La Rochelaise d’adoption (depuis 2008), qui a grandi dans la région de Toulouse, après être née au Maroc, va d’abord faire en sorte de répondre à l’attente des 10 communes qui ont rejoint l’agglomération, au 1er janvier, en termes de dessertes. Puis il faudra « tout remettre à plat » d’ici 2017 et le démarrage de nouveaux contrats de concession. Tout va y passer : lignes, arrêts, systèmes d’information, complémentarités des modes de transport… Objectif : « optimiser l’offre de transport, parce qu’on peut mieux faire sans que ça coûte plus cher. » Même chose pour les vélos jaunes que Brigitte Desveaux utilise au quotidien pour ses déplacements en ville, ou les voitures en autopartage qui ont érigé La Rochelle au rang des villes pionnières en matière de déplacements « verts ».

« La ville reste une terre d’expérimentation des solutions d’avenir, et c’est très bien. Mais le fait est qu’elle n’a plus la longueur d’avance qu’elle avait. En matière de pistes cyclables, par exemple, les itinéraires ont vieilli, certains ne sont pas du tout sécurisés et même dangereux. Chaque année, on tombe également plus bas dans le classement des villes accessibles aux personnes à mobilité réduite… Ça ne peut pas durer. Il faut aller au-delà de la seule remise à niveau. »

La vice-présidente affiche le souci de la concertation préalable avec les habitants, les élus et les associations. Et compte beaucoup sur le pôle gare, le projet d’une gare SNCF multimodale, pour mener à bien son dessein.

Verdun sans les bus

Le pôle des bus pourrait y être transféré. Ce qui permettrait aux piétons de profiter davantage de la place de Verdun. La réflexion est lancée. Brigitte Desveaux songe également à intégrer des bus à énergie propre dans les prochaines commandes – aujourd’hui, ils sont au diesel et donc polluants. La mère de famille et grand-mère porte des dossiers sérieux, lourds, sans y perdre le sourire.

Pour en discuter sereinement avec ses interlocuteurs, elle a décidé de quitter ses responsabilités au sein des associations environnementales où elle milite depuis longtemps. Question d’éthique, un principe qui lui tient à cœur.